Le blog

crowdsourcing

Crowd sourcing, bonne idée ou grosse erreur ?

De nos jours, le partage avec sa communauté a une place qui n’a jamais été aussi importante. On tweet, on tchat, bref on envoie à nos fidèles suiveurs des tonnes d’infos. Et de plus en plus, les communautés se mettent à nous répondre. Une idée est alors apparue, utiliser cette envie de participation pour créer du contenu… Le crowd-sourcing nait.

Le crowd-sourcing peut être défini comme le fait de faire appel à sa communauté pour trouver une nouvelle idée : un nouveau logo, un nouveau slogan, un nouveau produit ou du contenu écrit. Cette pratique devient de plus en plus courante et les internautes en raffolent, tant leur envie de participer s’accentue. D’abord utilisée pour la recherche scientifique, cette méthode est maintenant largement utilisée en marketing.

Avantages :

Le crowd sourcing à l’avantage d’externaliser une action qui a l’habitude d’être faite en interne et ce à moindre coût. Vous pouvez, grâce au crowd-sourcing, accélérer le processus de recherche (20 000 cerveaux qui réfléchissent à la même chose vont bien plus vite que votre équipe de comm’).

De plus, l’un des intérêts majeurs du crowd sourcing (en marketing en tout cas) est que le produit qui en résultera sera automatiquement un produit qui plait à votre cible (ou à une grande majorité), puisque c’est elle qui le crée. Si vous laissez votre communauté choisir d’elle-même, grâce à un vote, sa création préférée parmi celles proposées, vous êtes sûr de coller aux souhaits d’une majorité de vos fans. Enfin, c’est une belle façon de gagner en réputation, et vous augmentez votre capitale sympathie.

Les bons exemples de réussites de crowd-sourcing ne manquent pas : Wikipédia, dont le contenu est exclusivement créé par des internautes bénévoles, ou Lego qui, pour la fête des pères, proposait à son public la possibilité de créer un vaisseau Star Wars en lego à partir de modèles déjà existants.

Inconvénients :

fail crowdsourcing
La campagne de Pril donnait la possibilité de faire le nouveau packaging du produit. Ces exemples faisaient partie des plus populaires

Hélas pour vous, le crowd sourcing a des règles très strictes, et bon nombre d’entreprises se sont retrouvées avec de gros bad buzz dûs à leur campagne ratée. McDonald et Pril en Allemagne, Chevrolet, Shell, Nascar… Toutes ces marques ont vu leur campagne se retourner contre elles. Pourquoi ? Parce que tous les internautes ne sont pas des bisounours. Certains vont profiter de ce moyen d’expression pour attaquer la marque (le cas pour Chevrolet et Shell, toutes deux attaquées par des écologistes), d’autre vont détourner simplement l’utilisation de la campagne pour la « troller ».

McDonald’s a eu droit à de nombreuses attaques de trolls lorsqu’en 2010 ils lancèrent une campagne « créer le prochain hamburger de McDonald’s ». Résultat des courses : le burger « UMadBro » ( à traduire par  » tu rages, mon pote ») a reçu le plus de votes : un sandwich fait de pain et… de pain.

Le fait est qu’une personne a trouvé amusant de faire un sandwich tout a fait saugrenu, et les internautes trouvant ça drôle ont voté pour celui-ci, comme ils auraient cliqué sur « like » pour un statut contenant une bonne blague. Et ce sandwich n’a pas été le seul, puisque d’autres internautes se sont sentis inspirés et se sont lancés le défi de faire un sandwich encore plus drôle, et ont largement diffusé le défi sur les réseaux sociaux, sites et plus particulièrement sur 4chan, plateforme connue pour être un nid à trolls (elle a fêté récemment son milliardième visiteur).

Mc 9gag
une image postée sur 9gag, d'un utilisateur voulant recevoir des votes pour son sandwich, en honneur à la plateforme.

Une campagne similaire a été lancée en 2012, et celle-ci est devenue le champ de bataille entre amateurs de 4chan, et amateurs de 9gag (base de données d’image et vidéos humoristiques), les deux sites étant en froid. Un vrai massacre réglé à coups de suppressions de votes.

Heureusement pour Pril, Nascar et McDonald’s, les créations tordues n’ont jamais été graves ou critiques, mais ont toujours été l’œuvre d’internautes en soif d’humour, contrairement à Shell et Chevrolet qui ont reçu des critiques très fortes.

Alors comment éviter les dérives ?

Le plus important est de limiter un maximum les capacités des joueurs. Pouvoir ajouter du texte par exemple est rapidement source de dérive, tout comme l’ajout de dessins ou de graphiques personnels.

Il est nécessaire de prévoir une modération très stricte et une charte indiquant bien que la triche et les messages publicitaires ou saugrenus sont interdits, sous peine de suppression des créations. Cela permettra de réguler les résultats si vous voyez que cela commence à avoir un impact négatif.

Donc oui, le crowd sourcing est une bonne stratégie, si elle est bien encadrée, réfléchie et modérée.



Aucun Commentaire à “Crowd sourcing, bonne idée ou grosse erreur ?”

  1. Sebz Pelletier

    Encore un très bon article, des exemples simples mais efficaces, une bonne fluidité, des explications claires … merci Justine !
    J’ai peut-être une petite question. Je me doute que ce genre de campagne est fait pour améliorer l’eRéputation de la marque, mais censurer les abus n’aurait pas, au contraire, tendance à la dégrader ?

    • Justine

      Merci Sebz :)
      D’où l’importance au final d’une charte d’utilisation claire et complète ! La plupart des internautes comprendront que supprimer une proposition qui est en contradiction avec ta charte n’est pas un abus de pouvoir, mais bien une façon d’appliquer ton règlement. Ensuite, tout dépend de l’abus, je vois mal par exemple les gens se plaindre du fait que tu aies refusé un sandwich sans garniture (dans le cas de MacDonald).

  2. Benjoin

    Excellent article, très informatif !
    Merci

  3. Grégory

    Bonjour,
    Merci pour cet article clair ! C’est vrai que les tentative de crowdsourcing peuvent vite déraper … On se souvient de la ville de Montcuq proposée par les internautes en 2007 suite à un concours de Hasbro :)
    Cependant le crowdsourcing est aussi un appel à la créativité des participants, et restreindre les choses en appliquant des règles trop strictes revient à transformer la consultation en simple vote.
    L’équilibre optimal est à trouver !
    Grégory

  4. Merci pour cet article très informatif, je ne penser pas que le crowdsourcing pouvait déraper comme ceci. Cela dit, comme pour tout il est toujours nécessaire de ficer des règles ce qui est dommage.