Le blog

Compte-rendu de l’Erepday (1/2) : référencement, gestion de crise, social TV, cuisine, Europa Park

La 3ème édition de l’Erepday, l’évènement e-réputation et community management organisé par Blueboat et ADN Contents, s’est tenue mardi dernier. Retour sur une journée pour le moins dense ! Démarrons avec la matinée, consacrée au référencement, à la gestion de crise, à la social TV, à la cuisine, et à Europa Park !

 

 

3, 2, 1, c'est parti !

Après une ouverture des portes à 9h, Christophe Thil, gérant de Blueboat, lance l’Erepday avec la vidéo « teasing » :

La vidéo de Novius présentant les grands chiffres d’Internet et des médias sociaux en 2012-2013 est ensuite diffusée :

Le référencement en 2013 / 2014

David Eichholtzer et Florian Karmen en boîte de nuit juste avant de monter sur scène pour la première conférence de l'Erepday

David Eichholtzer, Directeur de WAM-Référencement et Florian Karmen, Chargé de référencement chez WAM-Référencement commencent la journée avec un point référencement. Ils soulignent que le SEO ne peut être réduit à une question de mots-clés, mais que la qualité et la diversité des liens est la tendance.

Autre point mis en avant : Google répond de plus en plus directement à l’internaute. En fournissant directement les réponses aux requêtes posées (et suggérées), Google (Knowledge Graph, Google Hotel Finder, etc.) évite à l’internaute de se rendre sur d’autres sites. Google, également, s’adapte à l’internaute, en fonction de ce qu’il connaît de lui (historique de recherches pour ceux qui sont loggués, IP pour la géolocalisation des résultats d’autant qu’on interroge de plus en plus Google en situation de mobilité, matériel utilisé [ordinateur, tablette, smartphone]).

Pour de très nombreux sites web, des opportunités existent en exploitant les rich snippets : 99,8% des noms de domaine n’en utilisent pas ! Or les résultats en termes de ranking et de trafic sont loin d’être négligeables : le ranking est supérieur dans 47% des cas et le taux de clics de 30 à 40% ! Cela ne doit pourtant pas faire peur : marquer les données (avec les bonnes balises, en suivant la documentation fournie) permet qu’elles deviennent identifiables par les moteurs de recherches.

Google Now (assistant personnel intelligent/application mobile) s’annonce comme le gros changement pour les 3-5 années à venir. Elle rend aussi possible l’interrogation de Google à la voix !

La gestion de crise de l’e-réputation des entreprises

Nicolas Vanderbiest a donné les principaux résultats de sa thèse soutenue à l’Université Libre de Bruxelles, plaidant pour une analyse quantitative (et pas seulement qualitative) des crises. Dans le corpus de crises qu’il a constitué, il a quantifié que 86% d’entre elles avaient une origine interne (donc pas dues, par exemple, à des ONG), qu’elles étaient plutôt éphémères (60%) et off-line, que les crises étaient d’abord émotionnelles (plus que rationnelles), portant sur les questions de féminisme, d’écologie, de justice.

Sur le web, il remarque qu’en 2010, les crises sont sédentaires (elles restent au sein d’un réseau social), mais que, dès 2010-2011, elles se diffusent notamment via Facebook et Twitter. A partir de 2012-2013, les crises sont faibles et communicationnelles.

Le nombre croissant de crises (subies) fait que les marques ont de plus en plus de mal à créer le buzz (positif in fine pour elles). Mais la réaction des marques suite à une crise ou leur stratégie marketing font qu’elles peuvent bénéficier d’une audience assez exceptionnelle (toute la presse et tout le web auraient-ils parlé de Carambar sans le canular ? La Redoute n’a-t-elle pas bénéficié de « l’homme nu » ? Stromae n’a-t-il pas démontré qu’il vivait littéralement ses chansons ?).

Une des recettes utilisées par les marques est de faire râler (les bébés et les chatons ne suffisent plus à faire le buzz) : c’est ce qu’ont fait par exemple Abercombie ou Ryanair. A tel point que les concurrents deviennent jaloux des bad-buzz ! Et oui, les bad buzz maitrisés permettent aux marques d’avoir des cicatrices : quoi de plus authentique ?

Retours d’expérience Social TV avec le VisioPoste de Touche Pas à Mon Poste

Damien Douani, consultant en médias sociaux et nouveaux médias, et fondateur de FaDa (social agency) a fait part de la difficulté de marier web (technologie sociale) et télé (média traditionnel).

Les clés du succès de la social TV résident dans une combinaison entre animation communautaire, contenus exclusifs et dispositif événementiel. Ainsi, le web est le septième chroniqueur de Touche Pas à Mon Poste : les téléspectateurs devaient faire une vidéo de 45secondes expliquant pourquoi « je zappe ou je matte ». Le plus gros challenge pour l’émission était alors de trouver des contenus de qualité. Le fait que l’émission de France 4 était enregistrée permettait de faire une animation sur les réseaux sociaux sous forme de « coming next ». Avec le dispositif mis en place, la page Facebook de TPMP a pu enregistrer une progression de 182k fans en 7 mois !

Cuisine et réseaux sociaux, quelle est la bonne recette ?

Haja Rasolo, blogueur nouvelles technologies et gastronomie a animé la première table-ronde de la journée qui accueillait Julien Pelletier (co-fondateur de cookening.com), Stéphane Riss (Responsable de Cuisinerenligne) et Sebastien Defrance (Community Manager chez EAT Online – alloresto.fr). Si tous ont été d’accord pour dire que le premier réseau social est la table, on note que les chefs perçoivent de plus en plus l’intérêt des réseaux sociaux.

Interview de Matthias Schilling, Chef de Production Media du groupe Europa Park

Le parc d’attractions Europa Park est doté d’une équipe marketing de 50 personnes. Logique, finalement, quand le groupe familial doit gérer 8 sites internet, 20 pages Facebook (avec plus de 450k fans Facebook), une base de 4,5 millions d’e-mails, une application mobile téléchargée plus de 30 000 fois tous les ans, une chaîne YouTube (alimentée par 2 salariés à temps plein).

Europa Park se montre attentif aux clients, les laissant s’exprimer sur Facebook. Les commentaires négatifs ne sont pas supprimés, mais Europa Park y répond. Pas de suppression non plus lorsque des fans de l’ONG PETA sont venus faire de très nombreuses publications sur le mur d’Europa Park (une action qui rappelle celle de Greenpeace sur le mur de VW). Lorsque des fans créent leurs propres pages, une co-administration peut être mise en place, avec le créateur de la page et Europa Park.

Outre les crises provoquées par les ONG, l’autre type de crise qui concerne Europa Park vient des autres parcs d’attractions, où qu’ils soient dans le monde : si un accident est à déplorer, Europa Park doit rappeler l’importance accordée à la sécurité.

Suite et fin, lundi, du compte-rendu de l’Erepday !

Photos : Catherine Kohler et Blueboat



Aucun Commentaire à “Compte-rendu de l’Erepday (1/2) : référencement, gestion de crise, social TV, cuisine, Europa Park”

  1. Merci pour cette première partie, je vois que les sujets ont été encore un fois très variés. Connaissant un peu le travail de Florian Karmen en le suivant sur son blog, j’aurais bien aimé assister à sa conférence sur le référencement qui devait être pour le coup pas indigeste comme dans les évènements pur SEO.

  2. Référencement google à Alès

    « La qualité et la diversité des liens » induisent fatalement une rationalisation de l’arborescence des pages et une organisation des rubriques autour des mots-clés définis.

  3. Morgane

    « La gestion de crise de l’e-réputation des entreprises », un sujet qui m’a personnellement captivé en la pertinence de ces analyses. « Les bad buzz maitrisés permettent aux marques d’avoir des cicatrices : quoi de plus authentique ? », en ce temps de crise, il est effectivement préférable d’émettre une meilleure image de notre firme en maîtrisant le domaine communicative, un art réservé au plus avertis dans une concurrence sans merci.
    Un billet captivant, bravo