Le blog

complexification des usages web

La complexification des usages web en l’espace de 10 ans, reportage exclusif.

Mulhouse – Alors que nous célébrons depuis quelques semaines les 10 ans de Blueboat, nous assistons à une recrudescence de patrons désespérés nous contactant. Il s’agit la plupart du temps d’appels anonymes, où l’effarement de ne plus rien maitriser se mêle au désespoir d’accumuler un retard abyssal sur le web. Reportage sur une incompréhension croissante.

 

Acte 1 : expertise web

Les mots sont durs, le visage tendu, l’heure est grave, Philippe Dantan n’y arrive plus. « Aujourd’hui tout le monde utilise des mots anglais et, même francisés, ils le restent ». Les mots incriminés : e-réputation, tweet, like, digital planneur, et bien d’autres.

Une réalité qui s’impose de manière brutale : le monde change et le langage évolue. Les batailles d’experts font rage et, pour espérer tirer son épingle du jeu, il faut désormais passer par des agences qui vous serviront de traducteur.

Pour les experts, il s’agit clairement d’être une lanterne, car « la nuit est sombre et full of terrors ».

Acte 2 : SAV du web

Même son de cloche chez Martine Rombière qui ne comprend pas que l’on ait pu perdre à ce point la maitrise de sa communication. « De mon temps, l’entreprise parlait, on l’écoutait. Là, le plus ignare des internautes peut donner son avis et nous pourrir des heures de réflexion sur le positionnement d’un produit » ajoute-elle.

La nouvelle a de quoi choquer : il faut désormais prendre en considération le consommateur… Le CNRP (Centre National de Régulation Panurgique) nous explique à demi-mots que leurs tentatives de faire des internautes des moutons ont échoué. C’est un « véritable drame qui est train de se jouer puisque nous devons échanger, quand bien même une bonne tarte en pleine tête serait plus appropriée ».

Acte 3 : Community Management

« Qu’il est loin le temps où l’on réfléchissait à une campagne de communication avec une vision sur du long terme ! » ajoute Antoine Lolcat, spécialiste des médias sociaux. Ce dernier base toute sa stratégie sur des images mignonnes qui cartonnent sur le web et lui assurent le respect de ses pairs. Je pense que personne n’aurait pu prévoir que les chatons allaient devenir les animaux les plus puissants du web.  Grâce à eux, les gens likent, partagent, et les entreprises trouvent en moi le sauveur d’un ROI jusqu’alors difficilement mesurable. « Les chatons, c’est la solution » claironne-t-il, sans eux pas de statistiques d’engagement intéressantes. Quand on l’interroge sur l’impact des chatons sur l’image d’une marque, son regard s’assombrit « prenez de la hauteur, vous comprendrez ».

Acte 4 : Veille

Autre inquiétude de notre ère : la surveillance des données sur le web. « Nous avons conscience que nous devons surveiller ce qui se dit sur nous et nos concurrents » nous confie Nicos Apocryphe. Ce jeune entrepreneur nous explique avec une certaine frénésie les conclusions de sa réflexion : « chaque entreprise se surveille et surveille les autres. Bon, alors en fait chaque entreprise fait à chaque fois le travail d’une autre, pourquoi ne pas capitaliser à la manière du knowledge management toutes ces données collectées. Ça permet de croiser les informations, et puis imaginez les économies !!!! On peut même envisager que l’entreprise A explique clairement à l’entreprise B son nouvel axe de développement pour éviter que les autres n’y aillent aussi ! »

Créée depuis 2 semaines, sa startup collaborative cherche au passage des fonds pour se développer.

De tels changements apportent une nouvelle génération d’agences : #allinone.

Tout, tout, vous aurez tout sur le web, capable de vous pondre un site web, du référencement, de la stratégie, du #cm, du jeu concours, de la formation, de l’e-mailing, du graphisme, du logo, des suhis à midi, de l’application mobile, de la publicité web, du SAV, de la veille, des rapports bons sous toutes les coutures, du conseil, de la gestion de projet, du développement, de la plaquette, de la numérisation, du conseil en image, du piratage, de l’effacement de données, des ROI de malade, l’assurance d’une vraie solution gagnante, de regards profonds, des yeux plissés de réflexions, des slogans, des fichiers Excel, de l’hébergement, des petits pains en réunion, des articles, des communiqués de presse, du contact blogueur, de l’humain, de la machine, du café, beaucoup de café, …

Du coup, tout devient simple, on est spécialiste de tout, on est spécialiste de rien !



Commentaires désactivés.